mardi 15 avril 2008

Totalement perdue...

Un titre bien choisi pour un livre ou la destruction est au rendez-vous! Chacun essaie de semer un grain d’amour sans vraiment le mener à sa pleine croissance. Les solutions résident entre l’alcool et le culte, accompagnés d’une fuite au Sud ou au Nord. Quelqu’un a écrit : « Quand tu ne sais pas où tu vas, arrête-toi et regarde d’où tu viens. »* Mais que peut-on faire lorsqu’on ne sait précisément pas d’où on vient ?! C’est cette similitude qui rejoint tous ces personnages, chacun fuyant vers l’arrière en quête d’une réponse si minime qu’elle soit.

J’ai lu cet ouvrage en version originale anglaise, à mon grand désavantage. Les mots y sont très recherchés et pour éviter un aller-retour constant entre le dictionnaire et le livre, j’ai trop souvent accepté mon incompréhension des termes. Cette erreur ne me permet pas d’apprécier l’essence du roman ou ses subtilités. A plusieurs occasions, j’ai été confuse entre les personnages et les liens qui tissent leur toile familiale.

L’idée de départ de ce roman est originale, mais pas assez exploitée à mon goût. Je ne peux malheureusement pas dire que j’ai été séduite par ce roman ou encore attachée à ces femmes et ces hommes pour qui la vie contient bien des mystères…


* Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol, p.91

2 commentaires:

Venise a dit…

Je t'imagine lire ce roman à côté de ton dictionnaire (au départ, remplie de bonnes intentions), après t'avoir imaginé, je te plains car même en français, je me devais d'être très attentive pour ne pas laisser filer une information. Un moment donné, j'ai laissé le roman 3 jours et je ne me souvenais plus que le personnage était disparu, donc j'en lisais un, croyant en lire un autre ! J'ai dû retourner en arrière ... comme eux tous !

Jules a dit…

Venise: tu as tout pigé, j'ai rangé le dictionnaire après 50 pages! Ne voulant pas prendre 3 mois pour le lire, j'ai opté pour le "à peu près"!! Résultat: je suis très déçue!